1 Kazrarisar

Casse Noisette Film Critique Essay

1. «Casse-Noisette et les quatre royaumes» 

Nous en rêvions sans le savoir et les scénaristes de Disney l'ont fait: le 31 octobre 2018 nous attend une adaptation moderne du légendaire conte de Noël, «Casse-Noisette», sur la bande-son de l'incontournable ballet écrit par Tchaïkovski, en 1892. Tout en ajoutant quelques nouveauté à l'intrigue que nous ne connaissons que trop bien (mais si, vous en avez déjà entendu parler; c'est l'histoire d'une jeune femme prénommée Clara qui se retrouve transportée, la veille de Noël, dans un univers de fées et de bonbons, sur lequel règne un rat usurpateur).

Avec une Keira Knightley vêtue de taffetas dans le rôle de la Fée Dragée, et Morgan Freeman dans le costume de l'oncle Drosselmeyer (le tuteur de Clara), le film s'est octroyé la coqueluche des acteurs hollywoodiens, et promet un feu d'artifice de surprises visuelles. Clara parviendra-t-elle à dénicher la clé permettant d'ouvrir la boîte que lui a laissée sa défunte maman? Rendez-vous en octobre pour le découvrir! 

Une Anastasia Steele enceinte dans le nouveau trailer de «Fifty Shades of Grey»

2.   «Mamma Mia! Here We Go again»

La joyeuse troupe de chanteurs semi-improvisés est de retour pour un second volet très attendu - il leur restait tellement de tubes d'Abba à reprendre, après tout! Enceinte, la jeune Sophie (Amanda Seyfried) redoute d'élever son bébé seule, sans l'aide de sa maman Donna, disparue depuis le premier film. Meryl Streep ne sera donc pas de la partie, mais son personnage occupera quant à lui le devant de la scène. Incarnée par la jolie Lily James (que vous avez peut-être repérée dans la série «Downton Abbey» ou dans la reprise Disney de «Cendrillon»), une toute jeune Donna nous offre un flashback trépidant de ses plus belles années, lorsqu'elle a rencontré les trois papas de Sophie pour la première fois.

S'il ne semble pas présenter une trame narrative exceptionnelle, ce nouveau volet promet cependant de développer le scénario initial, et de nous apporter l'effet «feel-good», souvent associé aux déclinaisons de ce classique de Broadway. Nous, on a surtout hâte de retrouver Christine Baranski et Julie Walters dans les rôles des deux meilleures amies de l'héroïne!)

La sortie américaine est prévue pour juillet 2018.

3. «I, Tonya»

Ce film biographique très attendu est basé sur la vie de la célèbre patineuse artistique Tonya Harding, et revisite le drame qui a mis fin à sa carrière sportive, en 1994. Avec une Margot Robbie métamorphosée et très prometteuse dans le premier rôle, il annonce une bonne dose d'émotions fortes. 

Accusée d'avoir ordonné l'agression de sa principale rivale, Nancy Kerrigan, Tonya Harding est exclue de la Fédération américaine de patinage. Que s'est-il passé, et pourquoi l'entourage de la jeune femme a-t-il décidé de blesser la seule patineuse qui aurait pu faire de l'ombre à Tonya? Si vous ne les connaissez pas déjà, vous trouverez évidemment les résultats de l'enquête en fouillant un peu sur Internet... mais on ose tout de même vous conseiller d'attendre la sortie du film, prévue pour le mois de février 2018. 

10 séries TV à ne pas manquer en 2018

4. «Le retour de Mary Poppins»

Quelle actrice aurait pu se glisser dans le rôle de la célèbre gouvernante avec davantage de brio que l'élégante Emily Blunt? On ne le sait pas! Avec son chignon serré et son petit air malicieux, elle semble maîtriser toutes les mimiques de la stricte Mary Poppins, incarnée par Julie Andrews dans la version originale (en 1964). Pour le moment, la bande-annonce officielle n'a pas encore été finalisée, mais un petit clin d'oeil (voir ci-dessous) nous laisse entrevoir l'ambiance que nous réserve cette production. 

Lorsque Michael et Jane, désormais adultes, traversent une étape difficile dans leurs vies, l'héroïne de leur enfance réapparaît, suspendue à son parapluie volant, et va tâcher de ranimer la magie qu'ils ont laissée s'éteindre. On y retrouve également Meryl Streep, dans le rôle de Topsy, l'énergique cousine de Mary Poppins. 

La sortie américaine est prévue pour le mois de février 2018. 

5. «Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald»

Les fans d'Harry Potter ont beau affirmer que rien ne vaut la saga originale... mais avouons que nous nous réjouissons tout de même de découvrir la suite des aventures de Norbert Dragonneau! Cette fois, le film se focalisera sur le personnage de Gellert Grindelwald (incarné par Johnny Depp) qui, après s'être évadé de prison, souhaite rassembler les sorciers de «sang pur», afin de régner sur la population magique toute entière. 

En plus d'y retrouver Eddie Redmayne dans le rôle du héros, ce second volet marquera la première apparition du jeune Dumbledore, lequel emprunte les traits de... Jude Law! (Mais ne vous inquiétez pas, les filles, il ne porte pas encore la barbe blanche!).

La date de sortie américaine est prévue pour fin 2018. 

Blake Lively chante dans son nouveau film (et sa voix est surprenante!)

Publiée le 31/05/2014

Ce film est parfait dans sa mise en scène mélangeant le conte original, la deuxième version ainsi que la belle musique du célèbre ballet. Les couleurs sont magnifiques sans tomber dans l'excès, les graphismes jolis, l'histoire poétique et prenante et l'on se laisse emporter dans une atmosphère agréable. L'héroïne est touchante: à la fois drôle, romantique, rêveuse et intelligente. Drosseilmeier, le mentor bien mystérieux mais sympathique et une galerie de personnages drôles font leurs entrées des têtes couronnées ridicules et odieuses aux jouets parmi lesquels le vieux soldat dévoué mais usé par le temps ou la poupée au coeur tendre. Mais le summum est atteint par les méchants: l'odieuse Reine des Souris et son fils le rat (qui plus tard reprendra le flambeau) avec la première qui jette des sorts sans scrupule et l'autre qui fera tout pour venger sa queue de rat, dont il tient le Casse-Noisette pour responsable de l'enlaidissement, au point de lever une armée et déclencher une guerre aux jouets. Après, le film contient tout de même des défauts: l'animation n'est pas toujours au rendez-vous alors qu'à on faisait mieux. Certes, le film est canadien et n'a pas les moyens aussi avancés qu'une grosse production américaine mais ça n'excuse en rien le fait que l'animation ressemble par moments à celle des années 70 alors qu'il a été réalisé dans les années 90. Ensuite, le personnage superficiel d'une poupée n'étant présent que pour jouer les pimbêches est parfaitement inutile tout comme le personnage du petit frère qui est juste lourd avec ses jouets. Mais le pire est atteint par...le Casse-Noisette lui-même. Mon dieu, qu'il est ennuyant! Il est niais comme c'est pas permis et ne semble être là que pour servir d'intérêt amoureux à Clara, la vraie héroïne du film. Son personnage n'a rien à offrir, n'a aucune personnalité et ne fait même pas grand-chose à part un truc utile. Sinon, tout ce qu'il sait faire est prononcer des répliques maladroites et être mignon. Mais malgré tout, ça reste un très beau film, qui malgré le fait qu'il soit déséquilibré au niveau de ses personnages, possède une narration fluide, un bon rythme, de l'humour, de la beauté et même de fortes émotions: de la joie, des moments émouvants et même de la tristesse et de la peur. Et pourtant, il n'a pas été un succès au box-office au point qu'il n'en existe aucune version DVD ou Blu-ray mais seulement de vieilles VHS. Ce qui est dommage car il y a eu beaucoup d'investissement dans ce dernier et il mériterait un peu plus de reconnaissance. Un conte sur une histoire d'amour entre une pré-adolescente et un jouet, c'est pas rien quand même.

Partagez :FBfacebookTWTweetG+Google

Leave a Comment

(0 Comments)

Your email address will not be published. Required fields are marked *